9 avril 2018


La nouvelle révolution du contenu

A la fois plus pertinent et multiple, le contenu change d’ère. Aux marques d’assurer leur transformation narrative.

La production exponentielle de contenus déversés chaque seconde sur les publics tend à submerger leur capacité d’attention. Pour ne pas atteindre le point de rupture – le « content shock » - il est urgent de sortir de l’ère du massive content : un contenu identique pour tous et qui n’est pas, non plus, porteur de l’ADN de la marque.

Si de nombreuses marques ont compris la nécessité de faire entendre leur singularité pour engager leurs audiences, elles doivent franchir le pas de leur transformation narrative. Avec pour questions : quelle est ma « méta-idée » éditoriale ? Quel est mon territoire d’expression ? Mon ADN sémantique (une notion importante à l’heure du flux permanent qui mêle, sur un même canal, le pro et le perso, le sérieux et le LOL) ?

Face à une audience directrice de ses programmes, qui choisit, mélange ou produit elle-même ses contenus grâce à son accès aux technologies de l’information et aux canaux de diffusion, les marques sont amenées à produire des contenus de différente nature pour nourrir des canaux multiples et alimenter les carrefours d’audience.

Mais, attention, tous les mélanges ne sont pas digestes. Il est nécessaire de respecter certaines règles : développer un discours authentique, instaurer une vraie responsabilité de l’information ou encore construire des contenus propriétaires. Il faut redonner du sens au contenu, à travers sa valeur et son utilité.